Accéder à mon compteAccéder à mon compte

Flux RSSFlux RSS

Abonnez-vous au flux RSS dés maintenant !


Contactez-nousContactez-nous



Retour à la liste des résultats

Imprimer cette annonce



Recherche de mécène pour écriture d'un livre autobiographique métaphysique.

Structure : Une particulier
Nom de la structure : Elle La révélation.

Informations concernant l'annonceur :

Secteurs d'activité :
Région : Ile de France
Description structure : Bonjour, je viens vers vous dans une démarche un peu spéciale car ma situation est assez précaire, mais ce que j'ai à dire est vital pour notre métaphysique, celle de notre humanité.


En 1991 j'ai été en contact avec une personne extraordinaire, et le mot est faible au regard de ce qu' Elle est réellement.

J'étais au marché aux oiseaux, c'était midi, et il n'y avait presque personne, et personne au stand, je balayais, les graines, les vers de

farine, la patée tombée par terre depuis le matin.

Je ne l'entendis pas venir, mais je sentis sa présence derrière moi, Je me retournais et elle était là, Merveilleuse et Altière, Elle l'aurais été même en haillons.

Elle me souriait, comme Jésus à un enfant.

Ce sourire qui vous dit: “Je suis ici pour toi“.

Je baissais les yeux un peu timide et demandais ce que je pouvais faire pour elle.

“Je voudrais des graines pour les Oiseaux du Ciel“.

Dit-elle joyeusement, arborant un parfait sourire.

“Mais les Oiseaux sont tous dans le ciel“

Dis-je.

“Non pas ceux là“.

Elle le dit en montrant du doigt, ceux dans les cages de mon beau-père, elle était un peu triste.

“Oh mais ce ne sont les miens, ce sont ceux de mon beau-père“.

“Ah!“

Fit-elle, retrouvant son sourire.

Je servis un litre de graine, et lui donna, elle les prit, et son visage redevint un peu triste, elle recula d'un pas en me regardant, puis fit

demi-tour et partit, elle se retourna vers moi, avant de dépassé l'angle du marché, et de disparaître à ma vue.

«Bon, c'est dans un tel moment qu'on se trouve stupide d'être si timide et incapable de parler à une fille.....»

Le Dimanche suivant, j'avais écrit mon numéro de téléphone sur un papier, que j'avais mis dans ma poche, au cas ou elle reviendrait.

Et c'est ce qu'elle fit.

Elle demanda la même chose, et je lui donna le papier, en lui indiquant, qu'on pouvait faire connaissance en dehors du marché si elle le souhaitait, elle n'aurait qu'à m’appeler.

C'est ce qu'elle fit, et le soir même nous nous retrouvions à Nation.

Bien sûr.

On prit un verre à une terrasse, et j' engageais la discussion sur l'ésotérisme, j'étais en plein récits d'Anne et Daniel Meurois Givaudan, et je lui fit part de ce que j'avais appris en les lisant, je ne pus m'empêcher de lui dire que je ne savais pas si tout ceci était vrai....

Elle me dit qu'elle connaissais leurs écrits, et que ce qu'ils disaient était vrai, que je pouvais avoir confiance.

J'étais impressionné, je ne m'attendais pas à ce qu'elle connaissent leurs livres.

Elle me fit connaître Mickael J. Roads aussi, “Au Coeur de la nature“.

On resta un an ensembles, elle m'avait dit deux choses essentielles:

Personne ne devait savoir ou elle habitait, pour cette raison je ne le su jamais, c'était elle qui venait me voir, là ou je me trouvais.

La deuxième chose était qu'elle partirait un jour, elle était juste venue me faire “coucou“ pour reprendre son expression.

C'est elle qui fit les photos avec son appareil à retardateur intégré.

Cette photo plus bas ou elle vous montrent ses yeux de vénusienne.

Nous fîmes pas mal de promenades dans la nature.

Très souvent lorsque nous étions ensembles, il pleuvait.

Je me rappelle la première fois quand je l'ai embrassée, j'avais plongé ma tête dans sa chevelure, Oh quel Miracle, cette cascade

soyeuse, et ce parfum enivrant, celui de l'encens de Jérusalem.

Et comment je m'y perdis..…



Je ne rencontrerai plus jamais quelqu'un d'aussi intelligent, d'aussi complexe, d'aussi belle.

Pourtant je devrais être sage, la séparation est l'ultime illusion disait-elle.

C'est une leçon difficile.


Je la reconnu la troisième fois que nous nous rencontrames,

elle marchait devant moi, nous étions à Gallieni, dans la rue....je lui dit simplement:

“Tu es Jésus“.

Elle se retourna simplement en souriant, un peu mitigé entre ma sagacité et l'amusement, elle me prit par le bras et on redoubla de

vitesse pour aller chez moi. Elle me parla par la suite de choses et d'autres, ne pas fumer, rajouter le sacré quand je parle, de Son Père

aussi parfois comme elle l’appelait, de ne pas dire que je l'avais reconnue.

Un jour en bus, nous passions devant la tour saint Jacques, elle fit allusion à Esmeralda en souriant, et en se penchant vers moi,

vivant dans la tour, mais je ne comprenais rien.....

Elle me dit aussi que je devrais m’entraîner à parler aux gens, que cela me servirait pour plus tard, je n'en crus pas un mot, il était hors

de question que je parle à qui que ce soit en public, moi si timide.....

Je ne comprenais pas ses mots.

Elle dit à ma sœur, que son homme serait son dragon, elle ne se trompa pas, il fallut que mon père et moi le sortions dehors, il la harcèlerait même encore après, et on devrait s'interposer longtemps encore.

Quand nous étions ensembles, les gens dans le métro nous regardait, c'était assez drôle, pas tous, mais la plupart, Elle s'en amusait.

Mon meilleur souvenir, c'est quand je pris le contrôle d'une randonnée, et que je nous faisait rallier A à B, un terminus de RER à un autre, sur une autre ligne. sans même savoir ce que je faisais ni ou j'allais, elle était impressionnée.

Et une nuit dans un hôtel, je me réveilla, et je l'embrassa sur la bouche, un baiser que je n'oublierais jamais, avec une telle puissance, un tel amour, qu'elle en resta interdite de longues minutes, en me regardant.

Et je me rendormis.



Je veux dire aussi la concernant:
Elle possède deux étoiles de David parfaitement dessinées avec les lignes de sa main.

Une dans chaque main. je n'avais jamais vu cela, et j'ai immédiatement regardé mes mains pour voir si moi aussi j'avais cela, mais ce n'est pas le cas.

Autre chose:
Elle lu dans mes pensées une fois.

Elle venait de me dire “T'es fou comme garçon“, mais elle continuait de me regarder, buvant ma bière, et moi je n'avais rien dit, mais en buvant cette bière je pensais “Oui fou de toi“.

Alors toujours avec son sourire entendu, et toujours en me regardant (elle était à côté de moi) elle me dit:

“Tu ne sais pas ce que ça veut dire fou de toi !“.

J'étais stupéfait, et lui dit : “Mais tu viens de lire dans mes pensée“, elle éclata de rire.

Je lui dit alors:

“Regardes cette fleur“

(il y avait un pot de fleurs au bar ou nous étions)

“Fais se faner cette fleur !“ lui demandais-je.

Mais elle s'interdit et me dit qu'elle n'était pas un magicien du désert, et je compris.

Je ne lui demanderai plus.



Comme je ne savais pas ou elle habitait, et elle n'avait pas le téléphone, c'était elle qui venait me voir.

Elle avait le chic pour venir toujours au “bon moment“.

Une fois j'étais dans le métro et je vis une colombe tatouée sur le bras d'un homme, et en arrivant au terminus Gallieni.

Elle était sur le quai et m'attendait.

Une fois je sortis avec mon cousin, et elle nous attendait dans le stade.

Une fois elle me manquait tant, que j'allais dans Saint-Maur, je ne sais pas pourquoi, je la croyais habitant cette ville.

Mon cousin vint avec moi, mais après tout un après-midi passé au terminus, elle ne vint pas, le soir tomba et on décida de dormir dans le parc.

Le lendemain j'étais dépité, nous marchions sur le trottoir pour reprendre les transports en commun, quand mon cousin me dit:

“Ah je crois qu'elle est là“.

Je relevais la tête et elle était immobile à environ 30 mètre de nous, elle semblait nous attendre.

Je n'en croyais pas mes yeux.

Elle nous dit en souriant,

“Qu'est ce que vous faites là, vous avez de la chance, je ne viens jamais par ici“.

En effet, d'habitude on se voyait à Vincennes, au parc floral principalement, et des fois je glissais un mot dans le creux d'un arbre pour

lui dire que je l'aimais, je me rappelle avoir mis une carte à jouer aussi, un as de cœur.

C'était notre boite à lettres en quelque sorte.

Mais elle préférais m'écrire des lettres à mon adresse.

Elle m'envoyai aussi des photos de quelques tableaux qu'elle avait faits, mais je l'ai aient prêtés à quelqu'un, et cette personne ne me le a jamais rendus.
On pouvait y voir notamment le tableau d'une vague, d'un océan.

Elle me dit que c'était bien elle qui avait transmis le livre “Par l'Esprit du Soleil“ à Anne et Daniel Meurois Givaudan.

Elle me dit aussi que l'on pouvait communiquer avec les arbres et me demanda si je voulais essayer,

Je répondis que oui bien sûr.

Et elle me fit mettre mes deux mains sur le tronc et me dit que je pouvais fermer les yeux.

Elle me dit:
“Il faut que tes mains soient comme deux fleurs qui s'ouvrent“.

Je l'imagina, et aussitôt j'entendis l'arbre rire, et une sensation traversa ma colonne vertébrale, une sensation fugace et agréable.

Quand à Elle, elle souriait.

Elle était d'origine juive, mais quand je lui demandait si elle était juive de religion elle me dit que non, sa seule religion semblait être Son Père.

Elle me racontai que lorsqu'elle “s'éveilla“, elle avait les marques de la crucifixion sur ses mains, ce réveil fût assez douloureux à la façon qu'elle en parlait.

Elle était assez en colère après ceux qui la considérait encore sur la croix.

Elle allait rester un an avec moi, dans une relation intime, c'était elle qui venait à moi ou je me trouvais, je ne su jamais ou elle habitait ni même si elle eut un “foyer“. Elle m'avait averti dès le départ, “Je suis venu te faire coucou“ m'avait elle dit.

Et 22 ans plus tard, après avoir tout métabolisé, dans un état christique, je compris.....


En voici une synthèse sous forme de parabole, elle vous permet également de juger de l'intelligence des mots:

Imaginez vous une salle de conférence,avec très peu de lumière, cela représente l'age de pierre de l'humanité.

Puis ajoutons dans cette pièce des ballons gonflés de toutes les couleurs, amassés en un tapis uniforme au sol.

L'un des ballons, un seul, contient en lui La Voie vous permettant de retrouver la Clé de Votre Nature Divine,vous reconnectant au Père et à votre Moi surnaturel.

Un seul.

Tandis que vous le voyez,d'autres personnes entrent dans la salle, et vous vous apercevez que vous avez perdu de vue Le ballon sur lequel est affiché La vérité.

Alors tout le monde cherche, certains lassés, commencent à inventer leurs propres vérité et à l'expérimenter.

Puis d'autres, ont l'idée d'ajouter plus de lumière au monde, alors on amènent des lampes halogènes,puis d'autres fabriquent des lampes plus puissantes encore,et la salle est maintenant très lumineuse,mais la lumière n'apporte pas plus d'aide,

si elle n'est pas focalisée sur la vérité n'est ce pas ?

Alors, apparaît une personne, qui possède A en elle.

“A“ signifie Alpha, Le Premier, celui qui n'a jamais oublié.

Alors il saisi un désignateur laser, qui n'est pas plus lumineux que l'ensemble de vos sources d'éclairage constitués, inventés ou fabriqués, mais il sait pointé et désigner B.

“B“ étant le But.

Si vous avez A, alors vous aurez B.

Mais il vous faut voir A, sinon toute la lumière de vos pensées, de vos paroles, de vos actes, restera vaine.

Y'A m'A.
Y H w H.

Je requiert votre aide sous la forme d'un mécénat afin que je puisse écrire le livre rassemblant tous les concepts dont je dispose et issues de voyages de conscience.


Objectifs de la structure : Décrocher un entretien sous forme de rendez-vous afin d’expliquer mieux en détails sur quoi se base les concepts auxquels j'ai accès, et surtout en quoi ils touchent à l'humanité toute entière, à son élévation ou à sa destruction potentielle.
Adhérents de la structure : Pas de membres, mais les Coperniciens disent de moi que je n'ai pas besoin de connaitre les textes, ma main est guidée.

Ma capacité de déduction est issues de mes précédentes incarnations dont je tire une réelle quintessence.

Projet pour lequel un mécéne est recherché :

Nom du projet : Elle La Révélation.
Description du projet : Ecrire le récit autobiographique.
Cible :
Occurence :
Lieu :
Portée du projet : International

Les conditions de ce parainage, la demande :

Vous recherchez : Un mécéne principal
Proposition :
Engagement souhaité :
Commentaires sur le projet : Ne préjugé pas que cela ne soit pas sérieux, donnez moi une occasion d'en discuter avec vous, de vous montrer aussi certains documents.

Merci.


Pour obtenir les coordonnées de la personne à contacter, vous devez être un membre inscrit.

L'INSCRIPTION EST GRATUITE